l' Association Française de Créations de Valeurs pour un Développement Equitable et Durable

Projet commun aux deux associations :
Centre d'Education de Base Non Formelle (C.E.B.N.F.) et de formation professionnelle, adossé à des activités génératrices de revenus pour en assurer la pérennité à Tougouzague (secteur de Ouahigouya - Province du Nord au Burkina)

dimanche 8 octobre 2017

dimanche

la construction des latrines se poursuit
hier ils étaient en train de faire le crépi à l'intérieur des fosses


cet après midi : réunion de Bureau 
Abdoulaye a convoqué aussi Mr Sanou l'instituteur et Esther. Nous parlons donc tout d'abord du CEBNF : niveaux des inscriptions, organisation des deux niveaux....
nous abordons le petit différent qui s'est produit avec Mr Sanou du fait qu'il ne s'est pas présenté pour la rentrée administrative,  et n'est arrivé que mercredi matin, absent jeudi et vendredi.
effectivement tout le monde comprend vite que, comme je l'avais indiqué à Abdoulaye depuis un bon moment, Mr Sanou n'est pas du tout motivé pour l'emploi dans un CEBNF. En fait il était instituteur à Koumbri (village éloigné de Ouahigouya) et voulait se faire nommer à Ouahigouya. Il a profité de l'emploi qui était proposé l'an dernier pour exercer ici pour se rapprocher.
Il demande que nous le 'motivions' en lui allouant une gratification mensuelle en plus de son salaire (versé par l'Etat) et réduction des heures d'enseignement général car "les élèves ne sont pas motivés, seule la couture les intéresse"   
bref, il dit qu'il va voir l'inspecteur pour en parler et qu'on n'a qu'à demander à quelqu'un d'autre.

Bintou est hors d'elle, Abdoulaye (qui veut toujours arrondir les angles mais se rend compte que dans ce cas, ça ne va pas marcher) comprend que, comme je le lui avais dit, il faut aller voir l'inspecteur pour lui dire que ce Monsieur ne convient pas pour le travail dans un CEBNF. Saidou, est d'accord.
Omar n'est pas là car il a le palu mais nous l'appelons et il confirme que son épouse serait très intéressée par le poste   (elle enseigne actuellement dans un village éloigné et ne peut rentrer chez elle que tous les quinze jours - Omar enseigne à Ouahigouya et s'occupe de leurs deux enfants qui vivent avec lui à Ouahogouya)
Bref  Abdoulaye et moi allons essayer de voir l'inspecteur demain matin pour arranger tout ça !!!

les choses ne vont pas vite ici mais quand ça déménage...........   

Bon, je vous tiens au courant de la suite demain
bonne soirée

ce soir orage (ou plutôt beaucoup d'éclairs) mais pas de pluie pour le moment



Aucun commentaire:

Publier un commentaire